Histoire de l’association

Parmi les premiers membres fondateurs, le psychiatre et psychanalyste Lucien Lévy (fondateur de l’Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences) et le psychanalyste Manuel Galan. Très vite, d’autres personnalités importantes du monde académique et psychanalytique devaient nous rejoindre, notamment le poète et psychanalyste Jean Luc Maxence (notre actuel président d’honneur), le Prof. Thomas Szasz de New York, le philosophe Michel Cazenave, le psychiatre californien Loren Mosher, le médecin psychanalyste Giorgio Antonucci…

L’Association des Psychanalystes Européens (APE) est née formellement au tout début des années 2000, suite à la volonté et aux efforts d’un groupe de personnes dont je m’honore d’être, en réponse à la crise traversée par la psychanalyse en Europe, une psychanalyse attaquée de toute part et accusée de tout mal (pansexualisme, amoralité, non scientificité, inefficacité, charlatanisme, sectarisme…), crise dont les implications perverses sont aujourd’hui impitoyablement sous nos yeux. Mais demandez par exemple à un comportementaliste de parler de cet être culturel voué à la parole qu’est l’homme, la réponse sera au mieux muette…

Pendant ces 20 premières années d’existence l’Association, appelée initialement Association Européenne de Psychanalyse et renommée APE suite à une scission interne, s’employa à défendre, au niveau européen, la psychanalyse en tant que discipline autonome distincte des autres disciplines du champ «psy».

En effet, nous envisagions déjà le scénario qui aujourd’hui fait l’unanimité, en France comme ailleurs : la progressive sanitarisation des psychothérapies accompagnée d’une mise à l’écart toujours plus marquée de la psychanalyse dans les institutions comme dans les facultés de psychologie et dans les politiques gouvernementales de santé.

L’APE s’est donc employée à la divulgation et à la promotion d’une « approche psychanalytique » scientifique et ouverte non seulement à toutes les orientations se définissant « analytiques », c’est-à-dire centrées sur l’inconscient, le transfert et la parole, mais également aux apports d’autres disciplines. Ce qui a permit à nombre d’intellectuels de tout bord de nous rejoindre et d’échanger dans un esprit de respect, d’ouverture et d’interdisciplinarité.

Afin de divulguer notre propre point de vue sur la science de l’inconscient et de dénoncer le risque concernant sa disparition au profit d’approches techniques au mal être davantage fonctionnelles au système qu’aux individus, nombre d’événements culturels grand public furent organisés d’abord en Italie, puis en France, dont les 12 éditions du Festival Psy auxquelles participèrent d’éminentes personnalités telles que par exemple l’écopsychologue Mohamed Taleb, l’anthropologue Fernand Schwarz, le sociologue Michel Maffesoli, les psychanalystes Daniel Sibony et Jacques Lesage de la Haye, le philosophe directeur de programme à la RAI Gabriele La Porta…